phill niblock - le balcon - bio

Phill Niblock

Après avoir étudié l'économie à l'Université d'Indiana, Niblock vint s'installer à New York en 1958. Il travailla dans un premier temps en tant que photographe et réalisateur. Une grande partie de son activité tournait autour de la réalisation de photographies et de vidéos de musiciens de jazz; son film The Magic Sun, abstrait et expérimental, présente notamment la musique de Sun Ra et des membres du Sun Ra Arkestra1. Par la suite, il réalisa une série de films intitulée The Movement of People Working. Essentiellement tournés dans les zones reculées de nombreux pays (Chine , Brésil, Portugal, Lesotho, Porto Rico, Hong Kong, région Arctique, Mexique, Hongrie, Adirondacks, Pérou), le film donne à voir le travail quotidien d'habitants de zones rurales ou maritimes. Ces films sont remarquables par leur caractère réaliste et l'absence d'artifice, leur usage de longs plans en haute définition, et leur juxtaposition brute d'images aux couleurs vives. Ces scènes de travaux manuels humains sont traitées de façon abstraite, sans visée anthropologique ou sociologique explicite.
Les premières compositions musicales de Niblock datent de 1968. Il n'a aucune formation musicale, et ses compositions sont donc travaillées sous un angle intuitif. Il présente ses activités musicales new-yorkaises comme des stimuli, certaines étant mémorables comme la première des Durations de Morton Feldman. Ses premiers travaux étaient tous réalisés sur bande magnétique en 4, 8 ou 16 pistes, en superposant de façon précise des enregistrements bruts de longs accords joués sur des instruments traditionnels. Depuis le fin des années 1990, il s'est mis à créer sa musique sur ordinateur, en utilisant le logiciel Pro Tools sur un MacIntosh. Ses travaux les plus récents sont caractérisés par une plus grande densité, cumulant parfois jusqu'à 40 pistes.
La musique de Niblock est une exploration des textures sonores générées par des accords très denses utilisant généralement desmicros-intervalles, joués pendant des durées importantes. La superposition sur une longue durée de notes très proches d'un point de vue tonal crée par résonance une multitude de battements et d'harmoniques, et d'autres phénomènes psycho-acoustiquessurprenants. Cette approche musicale de combinaisons de textures sonores statiques générant des mouvements harmoniques extrêmement actifs, rappelle la musique minimaliste, basée sur le bourdon, malgré des techniques utilisées et un résultat sonore très différents.
Le processus de composition de Nilblock commence souvent avec des enregistrements de simples accords qu'il fait jouer par un autre musicien. Ainsi, dans sa carrière de compositeur, il a collaboré avec un large éventail de musiciens, parmi lesquels on peut citer Petr Kotik, Susan Stenger et Eberhard Blum sur Four Full Flutes, Rafael Toral, David First, Lee Ranaldo, Thurston Moore,Susan Stenger et Robert Poss sur Guitar Too, for Four (G2,44+1x2), Ulrich Krieger, Carol Robinson, Kasper T. Toeplitz et Reinhold Friedl sur Touch Food, et de nombreux autres. Depuis 2003, Niblock a effectué des nombreux concerts et collaborations avecThomas Ankersmit. Il a, au cours des décennies précédentes, produit plusieurs œuvres pour orchestre: Disseminate, Three Orchids(pour deux orchestres), Tow for Tom (pour deux orchestres), et 4 Chorch +1, ce dernier étant une commande du Ostrava Music Days 2007 pour chœurs et orchestre avec des soli baytons (Thomas Buckner). Les premiers de ces travaux ont été conduits parPetr Kotik.
En concert, les musiciens jouent, fréquemment en déambulant dans le public, qui interfère ainsi sur la texture sonore. Simultanément, Nilblock s'accompagne généralement en projetant plusieurs films et vidéos (des extraits de sa série Movement of People Working, ou des images abstraites contrôlées par ordinateur). Les concerts prennent fréquemment des formes variées deperformances artistiques protéiformes s'étalant sur plusieurs heures.
Niblock enseigna au College of Staten Island de l'Université de la Ville de New York de 1971 à 1998.

Site officiel de Phill Niblock


 


© 2017 Le Balcon